lundi 22 décembre 2008

La démographie à la fabiusienne



Serait-ce un tic fabiusien ?
Marc-Antoine Jamet voit sa ville passer de 12.500 à 13.500(1) (12.500 pour la population des ménages, 13.500 en incluant la prison), puis qui l’arrondit à 14.000, ce qui devient, par la force des choses, 16.000 (2). De là, on passe à 17.000, on ne sait pas pourquoi(3), et une fois à 17.000 on arrondit à 20.000 ce qui permet d’afficher l’objectif de revenir à l’objectif initial de 100.000 habitants. Magnifique ! Y a-t-il des questions ?
Mais si vous aimez les facéties Rolivaloises, vous allez adorez les élucubrations fabiusiennes. Là aussi, c’est Perrette et le pot au Lait(3). Laurent Fabius en personne avait décidé de la création de la Communauté urbaine de Rouen. La Cur !
La construction en était évidente et était annoncée dès mars 2008, à la suite des élections municipales. On réunissait autour de Rouen et d’Elbeuf, agglomérations Fabiusiennes acquises, quelques territoires et on obtiendrait ainsi quelques 500.000 habitants, en offrant la perspective aux populations de bénéficier de la manne d’une Dotation globale de financement améliorée.

De là, permettons-nous de rêver à la place de Laurent Fabius. Si la situation semble compromise en ce qui concerne la présidence de la République, au moins la perspective de la présidence d’un grand Rouen, ouvrant la perspective de devenir la capitale incontestable de la future Grande Normandie(4)… et de là, pourquoi pas, le fait d’être l’un des plus grands barons de France pourrait, mais oui, laisser espérer un retour en grâce au sein du PS, en devenant le grand incontournable … Voilà pourquoi Fabius voulait faire vite !
Bon, visiblement, dès le début, il y a eu un hic. Jean Louis Destans lui a fait comprendre qu’il ne fallait pas commencer les démarches au-delà de la Seine-Maritime (5). Ensuite, de nombreux maires, et de nombreuses collectivités consultées tiquent à l’idée d’intégrer une communauté urbaine qui ne leur apporterait rien sauf quelques sous qui seraient de toute façon gérés par quelqu’un d’autre et de manière incontrôlable.
Rien de tout cela n’est achevé, mais la photo ci-dessus, qui montre le maire radical de gauche de Barentin, Michel Bentot, et Laurent Fabius, éclaire l’article de Paris Normandie (http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/75758/La_communaute_bat_de_l_aile_#) qui dit bien la difficulté de la tâche. On est encore loin à l’aube de 2009de la Communauté Urbaine. On en sera encore loin en 2010 et c'est au poitn qu'on en sait pas si cela se fera alors qu'on est sur que la Grande Normandie, elle, se fera ! En fait de nombreuses communes et de communautés de communes refusent de se faire croquer, même lorsqu'elles sont gérées par un maire socialiste. C'est quand même terrible la démocratie ! Voilà que les gens demandent des comptes, des vrais !
En fait, une communauté urbaine, ce n’est pas une adition de populations, c’est un projet.
Hors du projet, hors de visée politique, toutes les démarches comptables dont le PS est tant friand (6) révèlent que les emplâtres soigneusement posés sur les jambes de bois sont faits de graisse de hérisson !
C’est vrai localement, c’est vrai nationalement !

1) http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/resultats/chiffres-cles/n2/n2_27701.pdf
2)Pourquoi 16.000 ? On suppose que l’important est d’atteindre les 15.000 ce qui permet de créer une agglomération par ailleurs déjà créée… mais qu’il ne faut pas se fixer sur cet objectif.
3)A moins de naïvement s'imaginer qu'un chiffre impair en rajoute à la crédibilité comptable
4)http://www.jdlf.com/lesfables/livrevii/lalaitiereetlepotaulait
5) Que Fabius a tant combattu en son temps, mais c’est une autre histoire …
6) Les débats qui ont agité la communauté d’agglomération Seine-Eure en avril se sont révélés sans objet.
7)Voir le terrible exemple du congrès de Rennes qui révèle une présidente impuissante soutenue par les ennemis mortels que sont Fabius et Strauss Kahn

2 commentaires:

michel a dit…

J'ai, dans une vie antérieure, été conseiller municipal d'une ville de 20 000 habitants membre de la communauté urbaine de Lyon. Ma conclusion : une communauté urbaine est un rouleau compresseur où un technicien de la CU a plus de pouvoir qu'un maire de "petite" commune.
Michel Essevaz-Roulet

café radical a dit…

Bien sur, il suffit de penser que la communauté urbaine de Rouen fera, par définition, 500.000 habitants, soit autant que le Département de l'Eure.
Ceci explique sans doute la crainte dudit département de disparaître face au rouleau compresseur Rouennais ou Fabiusien.
Parallèlement à la gestion du bassin de vie et de son efficacité, il convient de replacer des logiques de pouvoir locaux à taille humaine. A un moment, le parti socialiste avait envisagé de diviser la France en autant de communes d'une cinquantaine de milliers d'habitants. C'était une piste.
En tous les cas, parallèlement au projet de territoire, la logique de gouvernance a un rôle essentiel.
Merci pour ta contribution.