dimanche 4 décembre 2016

café radical vendredi : Peut-on bloquer Marine Le Pen ?

Terrifiante perspective. L'état de la gauche à quelques mois des Présidentielles ne laissent espérer qu'un terrible choix entre la droite extrême représentée par Fillon et l'extrême-droite de Marine Le Pen. 
Les sondages donnent Fillon gagnant alors que la campagne n'est pas encore lancée... mais on est ben loin des certitudes. Le populisme gagne des points un peu partout dans un monde incertain. Le programme de Fillon est à l'opposé des valeurs de gauche sur le plan social comme sociétal. Déjà des voix s'élèvent pour dire qu'elles ne se porteront jamais sur Fillon. 
L'Europe aura les yeux fixés sur la France au soir du premier tour. La défaite de l'extrême droite en Autriche laisse entrevoir un répit à la montée du populime, La question de Le Pen est, hélas, devenue la question de l'avenir de la France, de l'avenir de la politique, de la droite, du centre et même de la gauche.  
Le café radical relève le défi et pose la question lancinante de la politique : 

Peut-on bloquer Marine Le Pen ? 

Paul Dhaille,
délégué national du
parti radical du gauche
Pour en parler Paul Dhaille et Franck Martin.
Paul Dhaille, ancien député maire de Lillebonne est délégué général du parti radical de gauche
Franck Martin
et
Franck Martin, ancien maire de Louviers, figure politique régional
animeront le débat ouvert à tous.




café radical 

Vendredi 9 décembre à 18h30
Au Big Arts
39 rue du Quai
27400 Louviers





jeudi 1 décembre 2016

Sylvia Pinel : le sens d'une candidature

Privé de tribune ! ... Surprise ce matin, la Dépêche n'a pas publié la tribune que je lui avais transmise ce mardi. En raison sans doute de l'abondance de l'actualité et des placards publicitaires à l'approche des fêtes. 
La voici donc cette rubrique qui explique le sens de la candidature et la décision des radicaux à ne pas se présenter à la primaire du parti socialiste, lors même que le prg était à l'origine de l'organisation des primaires il y a 5 ans. Possible d'ailleurs qu'encore une fois les radicaux de gauche démontrent une nouvelle fois leur fonction anticipatrice au sein de la gauche.


La gauche malade de la peste


La gauche française illustre tragiquement le fait qu’en cas de difficulté, certains ont tendance à faire exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire. Quand il faudrait s’unir face au danger, on passe son temps à se disputer la responsabilité de la catastrophe.
Sylvia Pinel, le 26 novembre, lors de la convention nationale du prg.
Elle a été plébiscitée pour se présenter comme candidate en dehors de
l'embrouillamini de la primaire du parti socialite. 
La droite vient de se regrouper derrière sa figure la plus austère, offrant à la Nation la terrible perspective d’un choix entre la droite extrême et l’extrême-droite, et la gauche poursuit son émiettement. La candidature radicale de Sylvia Pinel à la Présidence de la République en est le dernier avatar. Il fait suite aux primaires écologistes, aux attaques des députés frondeurs, aux attaques des anciens ministres Montebourg et Hamon, à la déclaration de Macron, aux candidatures de Mélenchon cependant qu’on attend celles des gauchistes comme inéluctables et aux tensions jusqu’aux plus hautes instances de l’État.
Le parti radical de gauche est, depuis le début du quinquennat de François Hollande, le plus fidèle partenaire de la politique gouvernementale. Contre vents et marées, les radicaux sont la seule famille politique à ne s’être pas laissé aller à une critique ouverte, ne cédant jamais aux attaques ad personae contre le Président de la République qui ont fait le bonheur de la presse et des pires adversaires de la gauche. Les alliages de mauvaise foi et d’ambitions personnelles ne doivent pas priver le peuple français du débat nécessaire que  la campagne présidentielle doit lui offrir.
Dans ce cadre, il n’est pas question pour les radicaux de gauche de participer à cette drôle de primaire curieusement socialiste, dont les participants auraient utilisé toutes leurs forces pour attaquer le président de la République. Les institutions doivent être respectées. 
Le pays a trop besoin de la gauche pour que celle-ci se
permette une attitude suicidaire dont personne ne sortira
gagnant.
Pour les radicaux, la gauche n’a pas vocation à agir comme les pirates d’Astérix, qui préfèrent se saborder eux-mêmes plutôt que d’affronter la réalité en face. Or, la réalité, c’est la menace d’un choix insupportable entre un tenant du libéralisme à la Thatcher et une populiste semant  la discorde et la haine au sein de la société française avec la ruine de la Nation pour seule perspective.
Les radicaux prennent leurs responsabilités en s’inscrivant dans le débat national. Dans les mois à venir, tout peut se produire, le pire comme le meilleur. Au sein de « Les Républicains », la situation s’est clarifiée. Restent bien évidemment, les multiples candidats de la droite et du centre qui n’ont pas participé aux primaires.
Tout est possible. Mais si la gauche est incapable de reprendre le dessus, elle laissera le champ à un affrontement entre Fillon et la candidate du Front National qui serait la solution du pire. Marine Le Pen a des atouts électoraux incontestables, elle est porteuse d’un courant international qui a amené le Brexit, la victoire de Trump et des forces qui, à travers l’Europe remettent en cause les libertés fondamentales, le droit des femmes et les principes humanistes qui ont préservé le monde de la catastrophe, fondé l’Europe et la Nation Française.

Olivier TaconetPrésident de la fédération de l'Eure
du parti radical de gauche




Post scriptum : 
Ne pas oublier le prochain café radical
Paul Dhaille,  délégué national du prg
animera le café radical vendredi 9 décembre
(crédit photo Emmanuel Pain)

PEUT ON STOPPER MARINE LE PEN ? 

Débat public animé par Paul Dhaille, délégué général du parti radical de gauche et Franck Martin, ancien maire de Louviers.

Vendredi 9 décembre 2016 18h30
au Big Art, 39 rue du Quai
27400 Louviers






vendredi 25 novembre 2016

Prochain café radical : peut on bloquer Marine Le Pen ?

L'avantage des primaires de la droite, c'est qu'on n'aura guère parlé de Marine Le Pen pendant quelques semaines. Mais ni la crainte, ni l'absence de crainte n'évite le danger. 

Fillon sera très probablement le candidat de la droite dimanche soir. Il aura non seulement à affronter la gauche, ou les gauches, mais il aura aussi à affronter l'extrême droite, mauvaise surprise de presque toutes les élections depuis 2002. La victoire de Trump aux Etats Unis a d'ailleurs remis en selle le cauchemar de l'arrivée au pouvoir de l'extrême droite. 
Comme l'a presque dit Beaumarchais "il faut se dépêcher de parler de tout de peur d'être obligé d'en pleurer. 
Le café radical, pour sa reprise après de trop longs mois d'absence, a décidé de porter le débat. 

 Peut-on bloquer Marine Le Pen ?  

Paul Dhaille, délégué général du parti radical de gauche sera l'invité du café et présentera les données et les perspectives du moment à l'aube d'une année qui se révèle d'ores et déjà très politique.
Venez nombreux, avec vos certitudes, vos interrogations, et votre écoute. Le café radical est ouvert à tous.
café radical au Big Arts
vendredi 9 décembre, 
de 18h30 à 20 h
39 rue du quai
27400 Louviers





mardi 22 novembre 2016

Le vrai vainqueur des primaires

La connaissance des principes démocratiques a beau
sembler des plus sommaires, la plupart des événements
politiques en occident ne cessent de donner raison à sa
terrible vision du monde
J'ai suivi les débats de la primaire de la droite et du centre avec attention, voire passion, un peu comme on suit les matchs de foot à la télé quand son équipe favorite n'est pas impliquée. J'avais décidé dès le départ de ne pas y participer et de laisser la droite choisir son champion. Pour autant, je savais que le choix du vainqueur ne serait pas sans conséquence sur l'avenir du scrutin, pour la gauche comme pour la France et même pour le monde... parce que la France, ça n'est pas rien.
C'est vrai aussi que je ne pensais qu'à une chose : me débarrasser de Sarkozy et de ce qu'il représentait, son manque d'envergure, ses liens douteux et le fait qu'on avait de forts soupçons sur le fait que s'il envisageait de poursuivre la politique c'était dans le souci très personnel d'éviter de s'expliquer devant la justice. 
L'individu a réduit l'action politique à ce qu'elle a de pire. Je n'ai pensé, comme beaucoup de Français, qu'à une chose : l'empêcher d'avoir quelque poids que ce soit dans l'évolution de mon destin individuel et politique.
Cela n'avait rien à voir avec Fillon, qui semblait très à l'aise en troisième position, ex-aequo avec Bruno Le Maire, dont, c'est vrai, je souhaitais le déclassement, à cause de son incohérence et de la façon dont il avait phagocyté la droite euroise. 
Quand Fillon a commencé à monter dans les sondages, j'étais plutôt content sans trop comprendre pourquoi. Il installait Bruno Le Maire derrière lui. Quand j'ai vu qu'il montait encore plus, je me suis mis à espérer sans trop y croire qu'il pourrait dépasser Nicolas Sarkozy. 
En allumant la télé dimanche soir, tous mes pronostics se sont retrouvés immanquablement balayés par le raz-de-marée Fillon. 
Le phénomène ne laisse pas d'être inquiétant, et j'en parlerai plus tard. Je ne voudrais pas cependant éviter de relever quelques sujets de satisfaction essentiels.

1) un taux de participation exceptionnel

Plus de 4 millions de personnes ont décidé de payer deux euros pour choisir leur candidat. Cela dit assez l'intérêt des français pour le système démocratique et pour le débat politique, quoi qu'on ait pu en entendre dernièrement.

2) La défaite sans appel de Nicolas Sarkozy

Je n'irais pas jusqu'à me réjouir de voir l'individu humilié, mais il y a de la satisfaction dans l'humiliation de quelqu'un qui a été incapable de voir les signes du profond rejet de ce qu'il représentait à savoir de quelqu'un prêt à tout pour son ambition personnelle, trichant sans arrêt dans ses discours et réduit à assimiler sa stratégie politique à celle de l'agression permanente et d'un rejet de l'autre de façon à masquer son absence de projet.

3) Le score ridicule de Bruno Le Maire

Bruno Le Maire se rêvait au moins troisième homme et figure incontournable de l'avenir de la droite. Il est distancé par les trois premiers et se fait doubler sur le poteau par Nathalie Koshusko Morizet, arrivant avec peine à dépasser Frédéric Poisson, le chouchou de Christine Boutin. Ce résultat n'est pas sans incidence pour la carrière de l'individu qui n'a pas compris qu'une primaire n'était pas la continuation d'un combat interne au sein d'un parti politique. Rappelons qu'il avait fait un peu plus de 30 % des voix face à Sarkozy, sauf qu'il avait réalisé ce score grâce à l'appui de ceux qui le distancent aujourd'hui : Fillon et Juppé. 
Ce score n'est pas sans incidence non plus sur la situation de la droite dans l'Eure où il risque d'avoir fort à faire pour garder son autorité. On verra si Priollaud, son indéfectible soutien, saura éviter d'être considéré comme quantité négligeable et se retrouver éjecté de la course au primaire par ceux qui auraient choisi un meilleur cheval. Le Maire a fait un mauvais score partout même s'il a approché les 10 % dans l'Eure. C'est beaucoup plus que les 6% qu'il a fait péniblement à Louviers où Fillon que personne ne soutenait est arrivé largement en tête. Pas de quoi pavoiser pour Priollaud.

Reste la victoire de Fillon

Elle m'inquiète pour trois raisons. 
La première, c'est que l'individu, raide comme un piquet ne prête pas à la sympathie. Si cela ne touchait que moi, cela serait sans conséquence. Sauf que Fillon risque d'avoir à affronter Marine  Le Pen et là, ça risque d'être une toute autre paire de manche. On me rétorquera que Fillon a gagné la primaire. Pas à mon sens. Selon moi, c'est Sarkozy qui par son entêtement a fait gagner la primaire à Fillon. Ce sont les attaques menées contre le centre Juppéiste qui ont profité à Fillon, et non à Sarkozy lui même, trop déconsidéré pour en tirer quoi que ce soit. Fillon n'est pas un bon candidat. 
La deuxième c'est que Fillon représente la droite dure et va avoir à cœur de se venger de ce qu'il n'a pas pu faire sous Sarkozy. Son projet n'est pas à même de répondre aux enjeux de notre monde en pleine évolution, ni sur le plan social, ni sur le plan sociétal. 
La troisième c'est que Fillon ne cache pas ses sympathies pro-russes. C'est abominable, parce que, pour la première fois depuis longtemps, la défense des droits de l'homme ne sera pas la colonne vertébrale de la France dans son action politique internationale. C'est abominable, parce que se mettre sous la coupe des complices des massacreurs et de ceux qui se préparent à reprendre l'Ukraine ne signifie rien de bon, après que le Brexit, la reprise en main dictatoriale de la Turquie, la victoire de Trump et l'affaiblissement de l'Europe à laquelle Fillon ne croit pas, risque de participer d'un terrible retour en arrière de l'humanité. 
Le pire n'est jamais sûr, mais ça fait froid dans le dos.

samedi 19 novembre 2016

Primaires : le boomerang de sarkozy


Seul phénomène de campagne : l'attaque contre Bayrou,
traité comme un horrible gauchiste par Nicolas Sarkozy.
A mes yeux, pas de quoi casser trois pattes à un canard.
Je me trompais. C'était une vraie stratégie de Sarko, sauf
qu'elle risque de se retourner contre lui.
En politique, j'ai un vrai problème : je n'arrive pas à comprendre ce qui se passe dans la tête de quelqu'un de droite. Sans doute du fait que je suis de gauche. Bien à gauche. C'est culturel. Je vois très bien ce que pense un radical (de gauche), un écolo, un communiste, un socialiste, avec toutes ses mouvances (de Valls à Filoche, ce vieux Filoche, que j'ai connu quand j'étais gamin et qu'il était un grand étudiant de l'après 68), un gauchiste (avec toutes ses nuances des post-trotskystes aux récupérateurs des Nuits debout, un anarchiste, un ultra-gauche même, et parfois j'arrive jusqu'à comprendre des macroniens même si c'est un peu plus difficile. J'ai mon point de vue, je ne suis pas d'accord avec tout le monde, c'est rien de le dire. Mais je suis les débats...

J'admets cependant que tout ce qui se situe à la droite de Bayrou à tendance à dépasser mon entendement. C'est pas faute d'essayer. Je reprends toujours ce principe humaniste : "rien de ce qui est humain ne m'est étranger" ... mais j'ai du mal. Voilà pourquoi, notamment, je me suis bien gardé d'intervenir  jusqu'à présent sur les primaires de la droite et du centre.
Je ne partage pas le point de vue de certains amis de gauche qui sont prêts à aller déposer un bulletin pour Juppé. Je comprends cependant qu'on veuille éviter d'avoir  à voter Sarkozy en cas de deuxième tour face à Marine Le Pen ce qui risque de se produire d'ici quelques mois ... et qui sera le sujet du prochain café radical. 
Je comprends aussi qu'on s'intéresse à ce qui se passe lors des débats des primaires même si j'ai du mal à en saisir toutes les subtilités. Pour moi, d'ailleurs, comme pour beaucoup de Français, les choses étaient pliées : On aurait un duel Juppé/Sarkozy, et n'en parlons plus... Les deux premiers débats n'avaient pas réussi à différencier les candidats. Chacun avait fait des efforts, ses surenchères, chacun avait eu sa part de maladresses, et puis voilà. Il n'y avait pas de surprises à attendre.
Erreur ! 
Erreur, disent les sondages. Erreur, il y a le phénomène Fillon, le troisième homme. Celui qui était à égalité avec Le Maire, voire même légèrement derrière, serait le phénomène de fin de campagne.
Bon, là aussi, j'admets, je ne suis un lecteur régulier, voire occasionnel ni du Figaro, ni de Valeurs Actuelles. Pas étonnant que je n'ai pas vu venir le phénomène et je dois dire, qu'à suivre Fillon, je n'ai rien vu de changé dans son comportement de clown terne, pas encore remis de son quinquennat masochiste au service de Nicolas Sarkozy. Bref, je ne comprenais pas et c'est là que, croisant un ami de droite, je lui ai posé cette question qui me turlupine depuis plusieurs jours : " Comment expliques-tu la remontée dans l'opinion de François Fillon ? Est-ce qu'à ton avis ce sont les sondages qui se trompent ?"
Je vous livre sa réponse en tout point intéressante. 
Tout d'abord, selon lui, les sondages ne se trompent pas. Il y a bien un effet Fillon qui date d'il y a quelques jours. Reste à savoir pourquoi.
Fillon, n'est pas Trump. Pas de propos choquants ou inattendus. C'est un être tristement constant, dont on pourrait penser qu'il a directement inspiré l'auteur de la formule "il sourit quand il se prend les doigts dans une porte". Alors, pourquoi Fillon ? 
En fait, me dit mon ami : "on ne peut expliquer cela que par l'effet Sarkozy ... 
- ? 
- Oui, Sarkozy, quand il a attaqué Bayrou. 
- ... C'est vrai que l'attaque anti-Bayrou qui ne participe pas aux primaires, est le seul élément marquant de la campagne de ces quinze derniers jours. Et alors ? 
- Alors voilà. Bien sûr, il ne visait pas Bayrou. Il visait Juppé. Et ce n'était peut-être pas si mal calculé : ça a amené à droite une défiance anti-Juppé. Et c'est Fillon qui en a profité ..."
Lumière ! J'avais subitement tout compris. À supposer que les résultats des sondages soient confirmés par le vote de demain cela voudrait dire plusieurs choses.
La première c'est que l'activisme de Sarkozy ne passe pas inaperçue et à des conséquences sur l'électorat. 
La deuxième c'est que, quoi qu'il dise et quoi qu'il fasse, Sarkozy ne peut pas remonter dans les sondages. Parce que sa stratégie clivante a atteint ses limites, ce dont tout le monde s'était d'ailleurs rendu compte autour de lui. 
La troisième, c'est que dans la tête de l'électeur de droite, Fillon, avec tous ses défauts, était celui qui devait profiter du doute instillé par Sarkozy sur Juppé. D'abord il n'est pas Juppé, ensuite, il n'est pas Sarkozy, enfin, non seulement, il était le troisième de la course, puisqu'il venait de dépasser Le Maire, mais surtout, il était le seul du troupeau des prétendants à représenter quelque chose... 
Bon, demain, on verra bien si je me suis trompé. N'empêche, quel bonheur ce serait que de voir Juppé et Fillon qualifiés pour le deuxième tour. Un bonheur supplémentaire puisque je n'y serais pour rien... et que le seul responsable serait bien notre Nicolas qui devrait pourtant s'y connaître en matière de boomerang... Mais il en est qui ont vraiment du mal à apprendre de leurs échecs. Dommage ;)




jeudi 10 novembre 2016

Défendons la maison des syndicats à Evreux ... et ailleurs

Pourquoi nous devons défendre 

la Maison des syndicats à Evreux

la manifestation  a réuni plus de mille
 protestataires le 9 novembre.On y a annoncé
le report de l'expulsion à après les législatives.
Victoire ou sujet d'inquiétude ?  
La situation à Evreux  est inquiétante. Nous reproduisons, en fin d'article la lettre que Lefrand et Lecornu, maire d’Evreux et président du conseil départemental ont envoyé aux organisations syndicales de l’Eure.
C'est une lettre insultante où est clairement indiquée la volonté de mettre fin à ce qui participe depuis près d’un siècle aux bonnes relations entre les représentants des salariés et les collectivités publiques. On peut y sentir la volonté de justifier une politique dure dont le but serait de procéder à l'expulsion sans relogement des syndicats à Evreux. Depuis, parce que les nouvelles vont très vite, les collectivités locales d'Evreux et du Département de l'Eure, courroies de transmission du candidat aux primaires de la droite Bruno Le Maire, ont repoussé la date d'expulsion de quelques mois ... Il n'y a pas là de quoi rassurer à mon avis. 
J'y vois les effets contradictoires de la politique de communication cynique de Bruno Le Maire. On fait des déclarations guerrières, pour faire parler de soi, après on recule. On se fait oublier quelques temps, mais on a fait germer une réflexion qui sera bénéfique par la suite. En cas de victoire de la droite, il voudra tout faire pour ne pas se faire oublier.  Dans six mois, le rebond de l'affaire de la maison des syndicats lui permettre de ne pas se faire oublier. Les syndicats ont tout intérêt à obtenir des garanties sérieuses avant. Quelques rappel de ce qu'est la maison des syndicats à Evreux, de son utilité et de son histoire.

La ville d’Evreux  héberge depuis 1928 les organisations syndicales. Tel est le cas dans la quasi-totalité des villes préfectures de France. Cela fait partie de l’Histoire et de la manière dont les pouvoirs publics ont voulu faciliter les relations entre les représentants des salariés et la société. C’était dès lors, la reconnaissance de l’utilité publique des syndicats. 
Cette action n’a été remise en cause à Evreux que pendant l’occupation, c’est à dire que le principe d’hébergement des syndicats n’a jamais été remise en cause sous la République, quelle que soit la couleur politique des municipalités d’Evreux et ce pendant 88 ans.
Rappelons les faits. Pour réaliser une opération immobilière, la ville d’Evreux souhaite se débarrasser des locaux vétustes où sont logés les syndicats, rue de Pannette. Les syndicats, comme toute personne hébergée, demandent à être relogés dans des conditions correctes et durables. Quoi de plus normal pour les organisations syndicales, qui occupent les lieux depuis longtemps, et où ils rendent un service reconnu.
Les négociations se sont déroulées normalement avec l’ancien maire d’Evreux, Michel Champredon et avec l’appui du Département présidé alors par Jean Louis DESTANS. Les premières tensions sont apparues avec la victoire de la droite aux élections municipales et cantonales. À  partir des difficultés créées par les affidés de Bruno LEMAIRE,  les syndicats ont  demandé au préfet de l’Eure d’accepter un rôle de médiateur, qu’il a accepté.
Nous rejetons les arguments de la municipalité et du département qui font passer les syndicats pour des privilégiés et des capricieux. Pour dire cela il ne faut jamais avoir mis les pieds dans les locaux de la rue Pannette, qui n’ont pas connu d’aménagement depuis cinquante ans. 
Une aide historique et nécessaire.
N’en déplaise à Bruno Lemaire, qui veut se trouver un créneau au sein des primaires de la droite, elle est nécessaire. Cette aide  est comparable à l’aide publique fournie aux partis politiques et contre laquelle Bruno Lemaire et les candidats de droite se gardent bien de protester, lors même qu’ils utilisent tous les procédés pour en avoir encore plus. Elle est nécessaire parce que les syndicats de salariés sont indispensables à de saines relations entre salariat et patronat et que l’ensemble des relations au sein d’une société moderne et démocratique en dépend. Les salariés ont besoin d’être défendus, ils ont besoin de choisir qui va les défendre. Ils ont besoin de syndicats forts et responsables. Et la première utilité d’une maison des syndicats est de leur donner les moyens de  l’accueil et du dialogue entre les salariés et leurs représentants.
Soyons clairs aussi sur la demande des syndicats. Ils n’exigent rien d’autre, en tant qu’expulsés, que de retrouver des locaux adaptés, correspondant au travail qu’ils effectuent déjà auprès des salariés, des adhérents et des militants du département. Des salles et des bureaux simples qui permettent de faire leur travail de manière autonome, des salles de réunion qui peuvent être partagées, bref, l’équivalent d’une simple maison des associations comme il en existe dans de nombreuses villes, et quasiment toutes les villes de la taille d’Evreux. Les locaux isolés sur le plan thermique et acoustique permettraient aussi des économies d’énergie. Les syndicats ne sont après tout rien d’autres que des associations spécifiques.

Voilà pour recadrer les choses. Les pouvoirs publics, comme n’importe quel propriétaire, ont pour obligation de reloger leurs locataires lorsqu’ils veulent reprendre leurs biens pour utiliser les locaux à d’autres fins. Les syndicats n’en demandons pas plus.

Nous constatons que, au-delà des propos insultants, sous des argumentations dangereuses et fallacieuses, la ville d’Evreux comme le Département ne font pour l’instant pas face à leur responsabilité. Nous leur demandons, solennellement de modifier leur attitude, au nom du million de salariés du département.

Le parti radical de gauche, au nom des valeurs qu’il défend, se range sans réserve du côté des organisations syndicales en lutte pour la défense de leur droit, constitutive des droits du million de salariés du département de l’Eure.




lundi 7 novembre 2016

QUIZZZZ ….LES REPONSES


Evaluez votre connaissance de la vie lovérienne


CULTURE

Question 1 

Pourquoi l’ouverture de la saison culturelle a-t-elle réuni 50 personnes à Louviers et 400 à Val-de-Reuil ?
o      Parce que la municipalité Priollaud avait tellement honte de sa programmation qu'elle n'a pas osé en faire la publicité. 
o      Parce qu'il y a moins d'habitants à Louviers qu'à Val-de-Reuil.
o      Parce qu’à Louviers on a peur de rentrer dans le noir après le spectacle.
o      Parce que Priollaud a renoncé à avoir une politique culturelle.

·         Si vous avez répondu qu’il y a moins d’habitants à Louviers qu’à Val-de-Reuil, vous avez d’office un bilan négatif : - 1 point.
·         Si vous avez répondu qu’on a peur de rentrer dans le noir après le spectacle, c’est vrai mais pas à cette occasion puisque l’ouverture de la saison a été très brève, bien que déroulée sur trois lieux différents, vous avez 0,5 point.
·         Si vous avez coché les 1ère et 4e réponses, vous avez droit à 1 point pour chaque bonne réponse
Nombre de points :


Question 2 
Pourquoi la ville de Louviers met-elle fin à l’atelier d’expression libre qui existait à Louviers depuis un demi-siècle et a vu défiler plusieurs générations de Lovériens ?
o Parce que Priollaud ne savait pas qu'il y avait un atelier d'expression libre et qu'il n'avait aucune idée de ce quoi il s'agissait.
o Parce que l'adjointe à l'action culturelle n'a pas protesté quand on lui a proposé de supprimer le poste. 
o Parce que la municipalité voulait juste profiter du départ à la retraite de Stéphane Grolaud pour supprimer un emploi sans se soucier de son intérêt pour les enfants de Louviers qui profitent de l'activité depuis 50 ans. 
o Parce que, une fois qu'on a supprimé la distribution gratuite d'un livre aux enfants, il n'y a pas de raison de mettre fin à la politique de destruction culturelle destinée aux enfants.
·         On ne se prononce pas sur les deux premières réponses, donc zéro point. Un point si vous avez coché la 3e réponse, un autre si vous avez coché la 4e
Nombre de points :




Question 3 
Pourquoi la ville Louviers a-t-elle supprimé la distribution d’un livre de qualité à chaque Noël à chaque écolier Lovérien ?
o Parce que comme ils ne savent pas lire à la maternelle, ce n’est pas la peine de leur offrir un livre. 
o Parce qu'un beau livre, c'est bien trop cher pour des pauvres qui n'auront jamais les moyens de s'en payer.
o Parce que Mme Terlez a fait remarquer que si les enfants allaient à l'école Notre-Dame, ils auraient une bible gratuite qu'ils pourraient laisser à l'école en la quittant.
o Parce que pour l'équipe Priollaud/Terlez, Louviers ne mérite pas l'accès à la culture. C'est vraiment trop cher pour des gens comme ça.
  • Première réponse, il s’agit d’un propos rapporté de Priollaud… mais bien sûr, nous pensons exactement le contraire, idem pour la deuxième réponse. Si vous avez répondu ainsi, vous retirez 0,5 point.
  • La troisième réponse est une blague et ne rapporte rien
  • La 4e réponse vous rapporte 0,5 point.
Nombre de points :



Question 4 
Pourquoi la politique culturelle de la Ville a-t-elle laissé la place à des activités de patronage ?

o Parce que l'adjointe à l'action culturelle n'a pas de culture.
o Parce que le maire trouve que Louviers ne mérite pas d'action culturelle et que ça grève son budget.
o Parce que la première adjointe, Anne Terlez a chargé la paroisse d'organiser la vie culturelle de la commune une fois supprimé le feu d'artifices des fêtes de fin d'année.
o Parce qu'en l'absence de programme, il n'y avait plus que la paroisse à pouvoir en proposer un.

·         La 1ère réponse rapporte un point, de même la 2e réponse.
·         La 3e réponse est une blague qui ne rapporte rien.
·         Pour la 4e réponse nous avons un doute : zéro point.
Nombre de points :


ANIMATION

Question 5 
Pourquoi n’y a-t-il plus de plage à Louviers plage ?
o Parce que Priollaud a jugé que si les Lovériens voulaient aller à la plage, ils n'avaient qu'à y aller par leurs propres moyens.
o Parce que Mme Terlez a eu peur que les gens se déshabillent impudiquement en plein centre-ville. 
o Parce que selon la municipalité, une activité populaire coûte toujours trop cher. 
o Parce qu'il est inutile selon la municipalité Priollaud de vouloir mélanger des gens ayant des niveaux de vie différents.
  • Un point si vous avez coché la 1ère ou la 3e case.
  • La 2e est une mauvaise blague, la 4e est une blague d’encore plus mauvais goût : moins 0,5 points si vous les avez cochées.
Nombre de points :





Question 6 
Pourquoi la ville de Louviers a-t-elle fait fuir les commerçants de son centre-ville à l’occasion de la Saint-Michel ?
o Parce que la préfecture a imposé la fermeture des magasins pendant la Saint-Michel.
o Parce que la municipalité a eu des rapports si détestables avec les commerçants que certains ont protesté en fuyant la Ville au détriment de leur chiffre d'affaire.
o Parce que le maire a préféré s'occuper des quartiers plutôt que de mettre en valeur le commerce de la Ville.
  • La deuxième réponse est la bonne, elle rapporte un point. Qui peut imaginer que le maire préfère s’occuper des quartiers alors qu’il est incapable de comprendre ce que c’est qu’une ville ?
  • Les première et troisième réponses ne rapportent rien…  
Nombre de points :



Question 7 
Pourquoi la municipalité a-t-elle renoncé à son projet de créer un Mister Louviers à la Saint-Michel ?
o Parce que le règlement était si mal rédigé que le service juridique s'est rendu compte que le maire lui-même aurait dû s'y présenter en petite tenue devant la population et qu'il s'est dégonflé.
o Parce que le pape François contacté par Anne Terlez a tardé à donner sa bénédiction à l'événement.
o Ben, c'te blague, parce qu'il n'y avait pas de candidat, tout simplement.
o Parce que Nadia Toumert a voulu organiser une Miss Louviers à la place.
·         Les 1ère , 2e et 4e réponses ne rapportent rien, même s’il est vrai que, devant la panique de l’absence de candidature, Nadia Toumert a déclaré qu’une miss Louviers aurait eu plus de succès.
·         Seule la 3e réponse rapporte un point. Encore une très mauvaise idée du maire de Louviers, qui a participé au fiasco de la Saint-Michel
Nombre de points :


Question 8 
Pourquoi la municipalité a-t-elle mis fin au carnaval de Louviers ?

o Parce que ça marchait trop bien et que cela correspondait trop au slogan "Louviers, la ville qui bouge" de l'ancienne municipalité Martin.
o Parce que la fête avait un caractère trop païen pour être honnête.
o Parce que ça ne rapportait rien. La seule recette de l'événement était la joie des participants et des enfants en particulier.
  • Pas de réponse à un point, si vous avez coché les 1ère et 3e cases, vous avez 0,5 point par case
  • 0 point si vous avez coché la 2e cases ou si vous n’avez rien coché du tout. La décision de supprimer le carnaval est complètement incompréhensible.
Nombre de points :


Question 9 
Pourquoi la Saint-Michel a-t-elle cessé d’être la plus grande foire commerciale du département ?
o Parce que la foire d'Evreux lui est passé devant, tiens, c'te blague !
o Parce que Guy Lefrand, le maire d'Evreux, a senti le peu d'attachement que le maire de Louviers accordait à la manifestation qui représentait l'identité de la Ville depuis le moyen-âge.
o Parce que l'attractivité de la commune n'intéresse pas du tout M. Priollaud, pourtant maire de Louviers.
o Parce que le maire de Louviers n'a toujours pas compris ce qu'était la Saint-Michel.
  • Toutes les réponses sont bonnes.
  • 0,5 point par réponse cochée, sauf la 1ère qui vaut 1 point.

Nombre de points :



Question 10
Pourquoi la ville de Louviers a-t-elle refusé la création d’une salle de futsal dans le quartier de Maison Rouge alors qu’elle était financée dans le cadre de l’ANRU ?
o Parce que le futsal aurait fait concurrence au club de football officiel dont trois anciens dirigeants sont membres du conseil municipal.
o Parce que la nouvelle municipalité trouvait qu'on en faisait déjà beaucoup pour les habitants de Maison Rouge.
o Parce qu’Hafidha Ouadah n’aime pas le football.
o Parce qu’un simple local, ça suffit bien pour Maison Rouge, il suffit d’appeler ça maison du sport et ils seront contents.
  • Toutes les réponses sont bonnes et rapportent 0,5 point chacune.

Nombre de points :



Question 11
 Pourquoi la ville de Louviers a-t-elle expulsé Sevy Golden de la Saint-Michel ?
o Parce que ni Priollaud, ni Terlez ne connaissaient Sevy Golden.
o Parce que la municipalité voulait tout faire pour que la Saint-Michel soit un échec.
o Parce que Sevy Golden avait protesté contre la fin de l’éclairage nocturne à Louviers.
o Parce que la municipalité voulait que la Saint-Michel ne coûte rien.
·        Pas de théorie du complot ! Même si on peut avoir des doutes, les experts s’accordent à dire que c’est par pure incompétence que la municipalité a étouffé la Saint-Michel. Impossible aussi que Priollaud et Terlez ne connaissent pas Sevy Golden, parce que même si étant Lovérien de fraîche date pour l’une, il est impossible quand on s’intéresse un peu à Louviers de ne pas connaître Yves Goupil. Sans doute se méfient-ils de tout ce qui est lovérien, parce qu’ils ne maîtrisent pas. Yves Goupil n’a pas non plus protesté contre la fin de l’éclairage nocturne. En revanche, même si la perte d’attractivité de la Saint-Michel risque de coûter très cher à Louviers, la municipalité lui a porté un rude coup par radinerie, ce qui s’appelle de la gestion catastrophique.
·        0 point pour toutes les réponses…
·        Sauf la 4e réponse qui rapporte un point.


Nombre de points :


VIE SCOLAIRE

Question 12 
Pourquoi la ville de Louviers parle-t-elle d’utiliser l’argent économisé par mise en panne de l’éclairage nocturne aux travaux dans les écoles alors qu’elle a renoncé à la réhabilitation de l’école Jules-Ferry ?
o Parce que le maire a oublié les leçons de finances qu’il a asséné au conseil, rappelant la séparation du fonctionnement et de l’investissement.
o Parce qu’elle veut faire oublier que la réhabilitation de l’école Jules Ferry est une aussi une nécessité sur le plan de l’économie d’énergie.
·        Juste une manière de rappeler que la municipalité a perdu beaucoup de temps dans son action et que sa prétention à une bonne gestion se traduit par un énorme gaspillage.
·        Allez, un demi-point par réponse cochée, mais quelle désolation !

 Nombre de points :


Question 13
 Pourquoi la municipalité a-t-elle renoncé à son projet de fermer l’école du Chat Perché alors que cela avait été annoncé au conseil d’école ?
o Parce que l’Inspecteur d’Académie a refusé de prendre la responsabilité de la fusion de ces établissements.
o Parce qu’après avoir annoncé la fermeture de l’école, la municipalité s’est rendue compte que les parents d’élèves allaient provoquer une émeute.
o Parce que l’adjoint aux finances a réalisé que, finalement, ça ne couterait pas plus cher si on gardait les deux écoles.
o Mais ce n’est que partie remise. La suppression doit être effective dans un ou deux ans et l’annonce n’était là que pour voir l’effet produit sur les parents d’élèves qui ont bien fait de protester.

  • Louviers a beaucoup d’écoles et ça a été l’une de ses fiertés des municipalités qui se sont succédé que d’accorder tant de soin aux écoliers. Pour la nouvelle équipe tout cela est du gaspillage et les enfants ne méritent pas tous ces égards. Ainsi a-t-elle rendu payantes les classes de découvertes. 
  • Malheureusement, la seule bonne réponse est hélas la 4e. Rien n’est acquis, il faut rester vigilant.
  • En attendant, 1 point si vous avez coché la 4e case
  • 0 point pour les autres cases.

Nombre de points :



VIE ADMINISTRATIVE ET POLITIQUE

Question 14 
Pourquoi la ville de Louviers a-t-elle décidé l’extinction des feux à partir de 23 heures ?
o Parce que Priollaud aime à fermer les lumières de son lieu de travail avant de rentrer chez lui.
o Parce qu’il faut habituer les Lovériens à rester chez eux. Bientôt, on éteindra les lumières après « Questions pour un champion ».
o Parce que Priollaud a un plan : précéder une baisse des impôts par une baisse de l’éclairage.
o Parce qu’il faut bien financer la patinoire et le crottoir à pigeons que la municipalité veut installer place de la Halle.
  • Priollaud a expliqué lui-même que son propos était à portée idéologique et ne visait pas à une meilleure gestion. Comme me disait son voisin, le maire de Louviers est un super écolo, là où il habite, il n’y a jamais une poubelle qui sort pour être ramassée. Voilà sans doute pourquoi il veut fermer la lumière quand il quitte son lieu de travail. Le problème, c’est qu’il y a des gens qui vivent à Louviers.
  • 2 points si vous avez coché la 1ère case.
  • 0 point pour les autres cases.
  • Et si vous n’avez rien coché, vous retirez 0,5 point, ça vous apprendra !  



Nombre de points :



Question 15 

 Pourquoi la population réagit-elle de plus en plus vivement aux sorties de la municipalité et de son maire ?
o Parce que le maire n’est jamais visible et qu’on n’arrive même pas à le voir dans les permanences. 
o Parce que, au bout de deux ans, les Lovériens réalisent que le maire de Louviers est incapable de gérer leur ville.
o Parce que les Lovériens n’apprécient pas que le maire ait appelé à voter pour Bruno Le Maire aux primaires de la droite et du centre.
o Parce que non seulement rien ne s’améliore dans la ville mais tout à tendance à empirer.

  • Priollaud est de plus en plus absent en ville et, qui plus est, il est incapable de déléguer. Voilà pourquoi tout est ralenti et pourquoi le maire est de plus en plus coupé des réalités de la ville. Il ne reçoit même pas les administrés qui demandent à le voir.
  •  2 points donc si vous avez coché la première case.
  • 0,5 point par réponse si vous avez coché la 2e et 4e cases.
  • Quand au fait qu’il ait appelé à voter pour Bruno Le Maire, tout le monde s’en fout : 0 point si vous avez coché cette case.

Nombre de points :




Question16 
 De quoi la municipalité a-t-elle peur en organisant des conseils municipaux 4 fois par an, soit autant que les plus petites communes de France ?
o La propre majorité de Priollaud a menacé de ne plus siéger si les conseils sont trop nombreux.
o Ce n’est pas la municipalité mais Priollaud qui a peur de retrouver trop souvent Franck Martin et d’être mis en difficulté.
o La municipalité n’a peur de rien… pas même du ridicule et ça ne lui fait rien d’être comparée aux communes les plus petites de France. Tant pis pour les affaires des Lovériens. 
  • La bonne réponse est évidemment la troisième, qui vous rapporte deux points.
  • La deuxième vous rapporte 0,5 point.
  • La première ne vous rapporte rien, de même si vous n’avez rien répondu.


Nombre de points :


 Alors, total ? 

RESULTATS
* Si vous avez plus de 25 points, vous avez triché ou vous avez mal compté.
* Si vous avez de 15 à 25 points on n’a pas besoin de vous préciser pourquoi vous savez que vous êtes de Louviers.
* Si vous avez de 5 à 15 points, vous connaissez assez mal Louviers pour faire partie de l’équipe Priollaud/Terlez.
* Vous avez moins entre 0 et 5 points, pas sûr que vous soyez de Louviers…

* Vous avez moins de 0 point… : Tiens, c’est vous le maire de Louviers ?