lundi 16 mars 2009

Alors, on fait quoi ?

Il y avait 35 personnes vendredi soir au café radical pour parler de l'Europe. Je remercie tous les participants et autant le dire tout de suite, j'aime cette ambiance renouvelée, ces discussions ouvertes, ces interventions inattendues. En fait, le café radical aura reçu plus de 100 personnes différentes depuis qu'il existe. La participation est aléatoire, et c'est tant mieux. On vient parce qu'on peut, on oublie de venir, on revient, on se renseigne, on demande le sujet du prochain etc... On est loin d'une participation limitée à un carré de fidèles (mais je remercie vivement le carré de fidèles !).
Cela dit, forcément s'est posée la question de la participation aux élections européennes avec une acuité d'autant plus forte qu'on est à la veille des élections (en fait, c'est dans moins de trois mois, le 7 juin).
J'ai rêvé d'un message radical spécifique. Nous avons travaillé sur ce sujet de manière active, pour faire un programme européen que peu sont capables de défendre pour des raisons franchouillardes, politiciennes, ou bien les deux.
Qui, au fond, défend l'ouverture de l'Europe à la Turquie de manière revendiquée. Même pas le Modem !
Qui défend une Europe fédérale, à part les radicaux ?

Oui, bien sur, il y a lui .. Daniel Cohn Bendit ! Et il est d'accord sur la Turquie aussi. Mais j'avais aussi rêvé d'une liste Européenne débarassée des tenants du non ! Or Daniel Cohn Bendit se l'est plutôt joué écolo-écolo, en débauchant Eva Joly, après avoir tenté le même coup avec Christiane Taubira... Un peu façon Sarkozy appelant ses socialistes au gouvernement !
Eric Montès a dit au cours de la réunion qu'il comprenait ceux qui avaient voté non ... Ce n'est pas vraiment mon discours. Non pas que je ne puisse pas comprendre les individus qui ont voté non... mais même si je les comprends, leur attitude a été mauvaise et elle se paie encore au prix fort !
Le référendum donnait à l'Europe le moyen d'être plus forte en lui offrant une constitution par nature imparfaite. Bon, on ne va pas refaire l'histoire... Mais pour ce qui est de de la faire, l'Histoire, il faut au moins savoir ce que l'on veut, pourquoi on le veut, et de choisir avec qui l'on peut la faire.
Donc nous voulons l'Europe ! Nous voulons une Europe active, sociale, forte, qui poursuive sa mission de développement pacificateur et humaniste.
Nous ne voulons pas être de ceux qui instrumentalisent l'Europe
  • soit pour reprendre l'expression de Louis-Marie qui parle du Thalys comme du train de l'Alzheimer ... où l'on oublie à Paris ce qu'on a dit à Bruxelles et vice versa
  • soit pour régler des problèmes nationaux de boutiques, en envoyant se faire élire des personnalités gênantes (Rachida Dati) ou des personnalités qui équilibrent des rapports de force au sein du parti (voir le PS et ses listes délirantes !)
  • soit, comme l'extrême gauche en faisant croire qu'on peut défendre des avancées sociales en se défendant contre les travailleurs des autres pays.

Voilà pourquoi une liste radicale aurait dû s'imposer.

Que l'on ait eu à faire des alliances, pourquoi pas ? J'avais moi-même déclaré qu'il fallait aller voir les verts et le modem. On l'a déjà fait (c'est la liste ERE en 1984) ! Là, quelques années après le référendum, ça a un autre sens !

Bien entendu, si on prend Christiane Taubira comme porte parole, ça rapportera des voix. Elle est la personnalité la mieux identifiée au Prg, mais quel sens aura notre candidature, si la liste est menée par quelqu'un qui a défendu le non au référendum.

Ce n'est pas le pire ... J'ai même entendu dans des fonds de discussions que Tapie serait prêt à partir !

J'ose croire qu'il ne s'agit que d'une plaisanterie et qu'il ne partira pas sous nos couleurs. Voilà de quoi durablement plonger le parti, voire la gauche dans un état d'incohérence totale. Nous n'aurions plus c'est sur aucune leçon à donner à qui que ce soit.

En fait, n'est-il pas trop tard ? Est-ce qu'une ligne politique orginale et novatrice peut s'afficher dans à quelques semaines d'un scrutin aussi tordu que celui des européennes !

1 commentaire:

rpubliquejetaime a dit…

Elections européennes : le PRG de Jean Michel Baylet, est un allié tacite de Sarkozy !

Le Président du PRG, Jean Michel Baylet, au motif que le PS (Martine Aubry), n’a pas réservé à son parti de place éligible, a décidé, de ne pas appeler à voter socialiste, a déclaré, que lui-même, voterait blanc, décision qui favorise de fait le « sarkoland »…

Sans doute faut il rappeler à Monsieur Baylet, que si le PS, ne traite pas le PRG, comme un parti ami, de Gauche, c’est que dans ses actes, il ne l’est pas…

En effet, Sylvia Pinel, Député du Tarn-et-Garonne (2eme circonscription), que le site DéputésGodillots.info a mis à l’honneur, n’est pas le seul membre du PRG, à avoir voté contre son camp, la Gauche, lors des votes, qui concernaient la réforme des institutions, et Hadopi (Halte Au Droits des Opposants à l’Impérialisme)…

D’autres Députés PRG : Madame Dominique Orliac, Député du Lot (1ere circonscription), Messieurs, Gérard Charasse, Député de l'Allier (4 eme circonscription), Paul Giacobbi, Député de Haute Corse (2eme circonscription), ont eu exactement la même attitude, vote de soutien à Sarkozy pour la réforme des institutions, abstention complaisante pour Hadopi (et je ne parle pas de deux autres Députés PRG, qui n’ont soutenus Sarkozy, que dans le premier cas, ni des Sénateurs !)…

A la vérité, une Gauche mièvre comme celle là, qui « pactise » avec l’adversaire du « peuple des gens ordinaires », est « nuisible » pour le Français lambda que je suis, est à « virer » sans hésiter, démocratiquement, par les urnes, lors des futures consultations électorales …

La suite, l’article citoyen complet, c’est sur Antidote Démocratique Antisarkozy, facile à trouver sur Google, ailleurs, c’est là :

http://rpubliquejetaime.typepad.fr/