mercredi 4 février 2009

Une pétition pour peser dans le débat sur la délinquance des jeunes



Le café radical a été contacté par l'association "quel avenir pour les jeunes délinquants ?".

Le nom de l'association semble maladroit.

Il ne s'agit bien sur pas de pousser les jeunes à se fabriquer un avenir dans la délinquance.

Que la cause de la délinquance soit à trouver dans un malaise social ou individuel, la solution se trouve forcément dans la capacité à se forger un avenir dans la société.

L'association est constituée de professionnels qui travaillent autour de la question, et dont la tâche essentielle consiste à faire en sorte que les jeunes délinquants puisse se sortir de leur condition en se construisant un avenir.


Pour aller sur le site de cette association , cliquer ici, et voilà comment elle se définit :


Notre groupe s’est constitué, début décembre 2008, dans un esprit d’initiative citoyenne et en nous inspirant de la pétition « Pas de zéro de conduite…. ». Nous sommes des professionnels issus des divers champs concernés par l’avenir réservé aux adolescents délinquants. Nous nous sommes connus grâce à une pratique d’échanges pluridisciplinaires depuis plusieurs années, à Lille et dans sa région.
Nous avons souhaité réagir ensemble aux travaux de la commission Varinard et plus généralement, faire entendre nos voix lors des débats parlementaires qui vont s’engager dans les mois à venir autour de la réforme de l’ordonnance du 2 février 1945.
Notre groupe est constitué de juges des enfants, d’assesseurs des tribunaux pour enfants, d’avocats, de pédopsychiatres, de professionnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, du secteur associatif habilité et du Conseil général du Nord et d’enseignants Notre groupe s’est constitué, début décembre 2008, dans un esprit d’initiative citoyenne et en nous inspirant de la pétition « Pas de zéro de conduite…. ».


Nous sommes des professionnels issus des divers champs concernés par l’avenir réservé aux adolescents délinquants. Nous nous sommes connus grâce à une pratique d’échanges pluridisciplinaires depuis plusieurs années, à Lille et dans sa région.
Si vous voulez signer la pétition, cliquez ici.


Au café radical, nous nous opposons aux dérives d'une société basée sur la peur, et nous avons déjà consacré un débat à la question des prisons qui a traité partiellement de ce sujet.

Une société qui a peur, craint le présent. Une société qui a peur de sa jeunesse, refuse son avenir.

1 commentaire:

Pascal Lalmy a dit…

ça me fait penser à une discussion que j'avais jeudi soir avec mon ancien Inspecteur d'histoire qui me racontait qu'une fois lors d'une inspection dans un collège très difficile des Yvelines une jeune fille lui avait demandé, d'un air inquiet, quel genre d'inspecteur il était... pensant qu'il était policier!!!
en même temps avec les descentes de police dans les établissements scolaire à Pavie et Marciac dans le Gers et à Vendres dans l'Hérault, l'inquiétude de la demoiselle était sans doute légitime...