jeudi 7 février 2013

Le vert dans le fruit ?

2013 est décidément une année à surprise ! Voilà que c'est au tour des verts de faire une crise d'identité.
Dans la Dêpeche on apprend que les Verts se sont rencontrés dans la salle Pierre Mendès France et ont décidé de mener une liste autonome aux municipales à Louviers. Voilà qu'ils décident que Franck Martin ne mène pas une politique assez écologiste après des années de collaboration. le plus étrange d'ailleurs étant que certains des candidats se sont rencontrés pendant le défi "familles à énergie positive", initiative précisément lancée par la Case présidée par Franck Martin.
S'il ne s'agissait que d'un aspect marginal et gadgétisé de la politique de Franck Martin !... Mais il suffit d'aller sur le site de la Case pour voir que l'écologie est au coeur de toutes les pratiques politiques impulsées sous la présidence de Franck Martin. La Case vient de recevoir  à Grenoble le label Cit'énergie, conséquence d'un effort constant, validé par des services organisés notamment autour d'un service de politiques publiques durables. Il suffit d'aller sur l'onglet "respecter l'environnement" pour mesurer tout ce que la Case fait en matière de tri sélectif, respect et entretien des milieux naturels, traitement de l'eau et assainissement, et jusqu'au politique sur le climat et l'énergie qui sont parmi les plus innovantes nationalement et que je me garderais de décrire par peur de lasser l'auditoire.
Alors quoi ? Franck Martin n'est pas encarté chez les Verts ? C'est vrai ! Il ne partage pas toutes leurs idées ? C'est encore vrai ! Il dit quand il n'est pas d'accord, c'est toujours vrai, mais il le fait avec tout le monde et c'est pour ça qu'il est respecté.
Signalons au passage que ses divergences avec les Verts ne l'ont jamais empêché de leur laisser présider et agir diversement au sein commissions ...  jusqu'à la présidence du Scot laissée à Jérôme Bourlet de la Vallée,   personnalité régionale pourtant rejetée par son maire dans la commune de Saint Pierre du Vauvray ?

Quel intérêt alors de partir seul, de faire une liste de Verts solitaire  ?
Les Verts s'opposent au nucléaire ? Bien ! Franck Martin ne les suit pas sur ce point. Il y a des divergences aussi sur l'opportunité de construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes  ! Plus sérieusement et plus proches de nous, c'est vrai qu'il y a des divergences sur les grands projets d'Etat, liaison A28/A13 et ligne de chemin de fer entre Louviers et Evreux. Mais ce sont là des choses qui nous dépassent, des projets dont l'avenir ne dépend pas du territoire, et jamais Franck Martin n'a interdit quiconque d'exprimer ses divergences ... A vrai dire, ça ne lui viendrait même pas à l'idée !
Alors pourquoi ? Pourquoi présenter une liste. Les Verts, ils le savent ne peuvent gagner seuls ! Quel intérêt de se compter à Louviers, où ils risquent de faire moins de 10 %, surtout s'il y a une liste d'extrême gauche, une liste socialiste, une liste centriste, une liste ump et une liste front national opposé à la liste de la municipalité sortante dont ils ont fait partie pendant 18 ans ! Il ne faut pas oublier qu'au total, quelque soit le bout par le quel on la prend, la totalité des voix devra faire 20 %. Si les Verts font plus de 5 %, ce sera un exploit ! Ils se feront rembourser leur campagne ! ... mais ils auront perdu toute possibilité de se maintenir et d'avoir des élus capables d'agir ... sans compter le fait qu'ils priveront la municipalité et les lovériens de leur savoir faire. N'oublions pas non plus que s'ils n'ont plus d'élus à Louviers, ils n'en auront pas non plus à la Case.
Voilà un comportement bien incompréhensible à première vue, mais je n'ai peut-être pas tout compris, d'autant que d'autres alliances sont possibles sur le reste du territoire.

10 commentaires:

nono a dit…

Les radicaux n'ont donc rien à craindre de cette liste écolo, dont le score ne risque pas d'écorner les résultats aux municipales. Les sondages abondent dans ce sens.
Que les candidats se soient rencontrés pour certains lors des du défi "familles à énergie positive" n'a rien d'étrange à mon avis. Même si l'agglomération est à l'origine de l'initiative. Les gens se rencontrent.
Je n'ai aucun rôle, ni aucune fonction, politique. Et j'apprécie pour ma part, en simple citoyen, les efforts que fait l'agglo en matière de tri, de resect des milieux naturels - je pense notamment aux Hauts Prés pour préserver la zone de captage, et je crois bien que les écolos ont été de la partie.
Je ne reviendrai pas sur le fait que les radicaux ne soient pas encartés chez les écolos, pas plus que les écolos ne le sont chez les radicaux, et je pense que le débat d'idées est nécessaire pour faire avancer la société, et au plus proche de nous, la collectivité. Il y a débat entre élus, il y a débat entre les citoyens, et des débats sont nécessaires aussi entre élus et citoyens.
Sur la présidence du SCoT qui a été confiée à Jérôme Bourlet, Franck Martin lui a-t-il confiée parce qu'il était l'homme de la situation, qu'il en avait la compétence et l'a-t-il prouvé en menant ce SCoT à terme avec brio, ou bien n'était-ce qu'un cadeau politique ? Qu'il soit rejeté par son maire dans la commune de Saint-Pierre, je peux le confirmer. Pourquoi ne pas avoir choisi le maire de Saint-Pierre à sa place pour assumer cette présidence du SCoT, s'il s'agissait d'un choix territorial ? Alain Loëb eût-il assuré la tache avec la même compétence ?

Des verts solitaires, partis chercher dans leur char à boeufs une bougie pour éclairer leur grotte... Ou des verts assez galants pour se prononcer sur le fond, dans le débat, sans en appeler à la caricature, à l'injure, ou à la déformation des idées. Ils ont choisi l'autonomie. Cela laissera peut-être plus de liberté pour exposer leurs idées et leurs positions. S'ils ne sont pas élus, faute d'exploit, ils ne pèseront pas beaucoup dans le consensus qui se dégagera des débats à la ville, comme à la CASE.
Comme je le rappelais plus haut, le sondage IFOP donne une écrasante majorité à Franck Martin aux municipales. Il n'a pas de crainte à avoir donc.
Si toutefois, ils venaient à réaliser l'exploit de faire plus de 5%, "ils auront perdu toute possibilité de se maintenir et d'avoir des élus capables d'agir".
Je crois comprendre que la porte est fermée, et qu'il ne faut donc rien attendre du deuxième tour, donc.
Mais si, ô miracle, on voyait à la CASE quelque(s) élu(e)(s), il(s) ou elle(s) auront la parole libre. Et pourront exprimer sans trahir leurs dissonances au cours des débats.
J'entends que Franck Martin est partisan du nucléaire. Les écolos sont pour la sortie, pour des raisons de sécurité, de coûts exorbitants, avec une énergie qui coûte aujourd'hui près d'un tiers de plus que l'éolien terrestre, et puis des déchets dont on sait quoi faire. L'abandon de l'EPR de Penly n'est sûrement pas une décision idéologique des socialistes, mais une décision, je pense, purement financière.
La liaison A28-A13, d'un coût exorbitant, dont on sait qu'il détruira des paysages, qu'il augmentera le traffic de camions, qu'il cassera des villages, mais dont on connaît pas pour l'instant le coût du péage pour les automobilistes, les écolos y sont opposés comme à un choix du passé. En proposant d'autres choix de transports. Sont-ils les seuls élus à s'y opposer ? ben non. Il y a aussi les élus locaux , ceux dont la commune va être cassée dans l'"intérêt public". Parce que le cpntournement est, on en veut bien, mais pas chez nous, chez les autres.
Au moins les écolos, ils ont une position qui est claire : pas plus chez moi que chez les autres.
Notre-Dame des Landes, on connait les positions. [...]

nono a dit…

[...] La liaison Rouen-Evreux est une position pour le moins courageuse électoralement. C'est un choix de long terme, pour relier les bassins de vie et bassins d'emplois, et aussi écoles et universités. Mais ils ne se prononcent pas pour un ligne au rabais, mais pour un transport de qualité, respectant l'environnement, les habitants et les usagers.
Ce ne sont pas des choses qui nous dépassent, ce sont des choix d'élus et des choix citoyens qui impactent directement notre territoire.
Sur d'autres choix ils y avait des divergences, comme sur M-Real sur lequel Franck Martin n'aurait pas misé un kopek. Et sur lequel Jérôme a été très présent.
Nous sommes heureux de voir que les socialistes au conseil général aient eu le courage d'investir pour sauver des emplois et une filière. Je crois savoir que les écolos veulent aller plus loin, en développant la filière de papier recyclé, le désencrage, au lieu d'acheter la pâte au Royaume-Uni.
Le retour en régie publique de l'eau est aussi un débat sur lequel les citoyens s'interrogent, et les élus s'opposent. Les écologistes sont pour un retour en régie pulique, comme nombre d'agglomération en France, comme les socialistes aussi le souhaitent.
on peut parler de bien d'autres choses, et Alexis et Franck Martin ne partagent pas non plus la même vision d'une piste cyclable. Pour l'un c'est une voie protégée, pour l'autre c'est une route recarossée, dont le roulement est plus confortable.
Beaucoup de débats sont à mener pour la collectivité, et des choix à faire.
Sur les économies d'énergie, la culture, l'agriculture, la transition énergétique, le transport, l'emploi, l'urbanisme, l'éducation, il y a des différences indéniables. Parfois des choix partagés heureusement.

Ce sera aux électeurs de se prononcer. Pour savoir s'il faut, ou non, des écologistes au conseil municipal et à l'agglomération. J'espère que ce sera oui.

La diversité des élus n'est pas une faiblesse, mais une richesse, quand elle permet d'apporter d'autres propositions, d'autres façons de penser, et des savoir-faire, merci de l'avoir précisé.

Olivier Taconet a dit…

Merci Nono pour ces contributions. C'est pas le tout d'avoir des idées, il faut encore se donner les moyens de les défendre. Les écologistes peuvent s'enferrer dans une pratique qui concoure à leur marginalisation, ou choisir d'agir auprès de la population. C'est ce qu'on appelle la démocratie de proximité, celle qui vous confronte avec le réel.
Jamais sous la municipalité de Franck Martin, ni à la Case, il ne s'est agi d'empêcher l'expression politique de tel ou tel courant (sans en rajouter sur le fait qu'au sein de chaque courant, il existe des divergences, et c'est heureux). Tout mandat impératif est nul, dit la constitution, et l'on doit agir et choisir chaque fois en fonction de ses convictions, dans l'intérêt que l'on pense être celui de la collectivité.
Le débat, voire la polémique, sont indispensable en démocratie. Pas question non plus d'empêcher une liste de se présenter. A chacun son risque ! Mais outre le fait, bien compréhensible, de vouloir se présenter sur une liste entre soi, il faut mesurer le risque que l'on fait prendre à ses idées, à ses amis, et aux amis de ses amis. Il ne faut pas vouloir ce que l'on veut, mais de vouloir les conséquences de ce que l'on veut. Pour parler clair, les élections, ce n'est pas un sondage. C'est le vrai enjeu local, qui peut jouer sur le quotidien et la collectivité. En bref ! Les verts veulent présenter une liste. Conséquence probable, ils n'auront pas d'élus et se seront faits plaisir le temps d'une campagne. Fort bien ! Mais ce sera dur de faire passer cela pour un bon choix et qui défendra leurs idées ?
Autre conséquence, qui n'est pas improbable, en se présentant, ils prennent le choix de déstabiliser l'équilibre politique. Imagine-t-on un deuxième tour droite/extrême droite ? Le pire n'est jamais sur, certes, mais il doit être envisagé par qui veut être responsable. En ce cas, les Verts porteraient une lourde responsabilité. Ce choix, celui de ne pas se présenter, de soutenir le candidat officiel de la gauche, c'est celui que nous avons fait dans la circonscription des Andelys/Vernon en soutenant l'écologiste Jérôme Bourlet. Elle n'a pas empêché, certes la réélection de l'Ump Gilard face au candidat du Front National. Au moins n'en portons nous pas la responsabilité.

Anonyme a dit…

Surtout pas d'amalgame comme le souhaite une bonne partie de la presse locale.
la réponse est trés simple. Il EXISTE différents verts et écolo..... A louviers et à la Case on connait les plus opérationnels qui ont choisi de travailler politiquement avec d'autres élus issus de partis ou sensibilités politiques variés ou pour activer et porter l'écologie territoriale parce que le maire et la direction politique de la case veulent défendre le développement soutenable en s'appuyant sur la diversité politique représentant la diversité citoyenne et politique d'une ville et d 'un territoire.D'ailleurs ce travail et cette politique volontaristes sont connus et reconnus à l'extérieur pas des experts "écologiques" et des acteurs de cette transition économique et énergétique souhaitée par le gouvernement actuel et en construction...
Donc à Louviers ville particulièrement démocratique la parole est libre..... et donc certains l'utilisent maladroitement en avouant leur méconnaissance du territoire et des politiques qui y sont menées surtout en matière démocratique et écologique... A Louviers il existe "différents verts"... ceux qui parlent à défaut de comprendre les enjeux et d'agir ( et surtout qui jugent sans arguments) et ceux qui coopèrent et sont actifs avec la diversité politique. Et d'ailleurs il existe même ds écolos qui s'ignorent et sont donc plus verts que certains se disant " vert".....
je vais répondre à la presse et aux militants "ecolo".......


Juste un petit rappel , je suis memebre de la coopérative EELV ( j'ai reçu les vœux personnels de Cécile Duflot) et je suis adhérente de l’association française des élus verts)


Véronique Jullien Mitsieno

nono a dit…

Merci, Olivier, de ces remerciements.
Excuse-moi d'abord de ne pas t'avoir répondu aussitôt.
C'est pas le tout d'avoir des idées. Il faut se donner les moyens de les défendre, c'est un fait.
J'ai bien entendu les 18 ans de collaboration, avec des résultats à la hauteur pendant ce temps.
Comme quoi les écologistes peuvent être de précieux alliés, non pas à seulement s'exprimer politiquement au sein de telle ou telle assemblée, mais pour agir.
Agir, ça veut dire avoir les moyens de proposer et présenter les actions, et de les mettre en oeuvre.
Y a-t-il un avant et un après à la CASE, en tout cas dans les relations EELV-PRG ? J'ai quand même l'impression d'un mépris de plus en plus profond envers les écologistes et leurs idées. Qu'un François Merle, en tête sur les Hauts Prés, soit rabroué publiquement, alors que la CASE se félicite de ce projet, qu'un Jérôme Bourlet soit pris pour une bille, alors qu'il a défendu le SCoT, et qu'il l'ai fait accepter par une large majorité, il y aurait lieu de les féliciter, et non de les invectiver et de les caricaturer.
le vert est dans le fruit, le mot est plaisant. Les chars à boeufs, le retour à la bougie, à l'âge des cavernes pour réduire leurs actions, c'est une marque de respect que je ne partage pas. Je n'imagine pas les écologistes parler des radicaux en allant piocher dans le dico pour chercher rimes plaisantes ou graveleux en prenant tous les mots commençant par co. On n'aurait pas fini, ce serait stupide.
Mais le respect est dans les actions et les moyens.
Les écologistes, réprouvés tant par leur trop grande indépendance que par leur "compromission" avec d'autres partis, prouvent tous les jours leur capacité à apporter des solutions novatrices et équilibrées, pour le bien commun et les générations futures.
Jérôme et François, pour les avoir cités plus haut, ont fait des choses bien pour la collectivité. Ils ne sont pas pour autant passés à la gamelle. Ils sont heureux qu'on les laisse agir, et la meilleure façon de les remercier, c'est de les laisser continuer.
Est-ce le cas ?
Il ne faut pas s'étonner qu'ils choisissent de tenter de le faire autrement. En présentant une liste, peut-être n'y arriveront-ils pas plus, mais peut-être que oui.
Quant à leur faire assumer le risque d'un deuxième tour droite/extrème droite à Louviers, l'idée me semble loufoque.
Tout d'abord vous escomptez un score de 61%, et dépasser 5% des voix au premier tour pour les écologistes serait un exploit, selon tes propres termes. Il n'y a pas risque en la demeure donc. [...]

nono a dit…

[...] Mais au-delà, quelle propositions avez-vous faites - je ne le sais sincèrement pas - mais on ne peut compter sur la perpétuation d'un tradition vieille de près de vingt ans, alors même que les relations entre radicaux et écologistes se sont dégradées. La faut à qui je ne peux pas dire.
Mais qui tape sur qui ? Il est facile de voir qui est du bon côté du manche. Ce n'est pas une accusation, c'est un fait.
Et si, qui plus est, il y a menace de représailles pour avoir bousculé les traditions, ils semble que les écologistes en aient accepté les conséquences. La question des écologistes reste toujours de savoir comment faire entrer l'écologie et la défense de l'environnement et du futur dans les mentalités, la société et la vie de tous les jours. Peut-être ont-ils considéré que c'était perdu dans les conditions actuelles, et qu'il y avait une petite, même infime, chance que ça marche en présentant leurs propositions directement auprès des habitants.
Une dernière chose : Je félicite le PRG de ne pas avoir proposé de candidat(e) dans la 5ème circonscription face à la liste conduite par Jérôme. Cela faisait suite à un accord national, non respecté par les deux candidates socialistes, mesdames Ségura et Mansouret, qui ont conduit à l'échec. Les écologistes ont de leur côté décidé de ne pas proposer de liste dans la 1ère circo, en soutien à M. Champredon, alors qu'il y a des militants écologistes à Evreux. C'est bien de le dire.
@Véronique Jullien Mitsieno, que je félicite pour avoir reçu les voeux personnels de Cécile Duflot

Oui, il y a différents verts et écologistes.
Il y a les écologistes qui sont pour le nucléaire civil parce que cela ne produit pas de CO2, et que les éoliennes, ils trouvent ça pas beau. Qui son pour le nucléaire militaire, parce que ça nous protège des écologistes d'en face qui ont aussi la frappe nucléaire. Et même si on est obligé de faire encore la guerre, mais celle-ci est devenue chirurgicale e humanitaire. Il y a des écologistes qui sont pour les gaz de schiste parce que ça permet de préparer la transition écologique, pour l'agriculture intensive, parce que même si cela produit moins à l'hectare et que cela appauvrit les sols, la productivité est meilleure, avec moins d'emplois à l'ha, et donc un peu plus accessible. Il y a des écologistes qui veulent de nouvelles autoroutes et de nouveaux aéroports parce que c'est le progrès quand même. Il y a les écologistes qui veulent bétonner pour que tout le monde ait accès aux superbes paysages,

Et puis il y a les idéologues, qui s'opposent au nucléaire civil et militaire, qui prônent en échange une transition énergétique basée sur la sobriété, l'efficacité et le développement du renouvelable. Des idéologues opposés à l'exploitation des gaz de schiste parce que c'est néfaste pour l'environnement et les nappes phréatiques (malgré tout ce qu'on peut dire des "progrès" des méthodes de fracturation des roches). Des bobos qui veulent se nourrir a bio pour préserver les sols, des tarés qui roulent à vélo ou des fous qui marchent, et des idéologues qui veulent considérer que la voiture électrique n'est pas l'avenir des transports pour tous, et qu'il faut les préparer maintenant.

Il faut vite alerter la presse de ces faux écolos idéologues khmers verts qui croient au père noël.

Oui il y a eu de bonnes actions à la CASE pour l'environnement. Y aura-t-il un avant et un après ?

J'avais dit dernier mot ? dernier, dernier : j'adresse à madame Taubira mes sincères et profonds respect et salutations. Bravo et merci.

Alexis FRAISSE a dit…

J’espère, par ces quelques lignes, mieux expliquer les raisons du lancement de notre candidature que cela ne l’a été fait par voix de presse.
Tout d’abord, je n’ai pas critiqué le bilan écologique de l’équipe municipale en place. Bien que j’eusse aimé qu’on en fasse plus (ce qui ne surprendra personne), j’approuve les actions qui ont été menées sur le plan environnemental depuis que j’habite à Louviers.
Cependant, les récentes prises de position de Franck Martin sur des projets à forte empreinte environnementale ainsi que ses vives critiques à l’égard des écologistes ne nous semblaient pas être un appel pour une alliance lors des municipales. Nous avons des désaccords, même s’ils sont sur des sujets qui soi-disant nous dépassent (aucun sujet ne nous dépasse, on peut toujours avoir un minimum d’influence). Si je trouve une oreille attentive, je suis prêt à en débattre.
Nous ne faisons pas une campagne électorale pour nous faire plaisir. Une campagne, c’est un sacrifice de temps, de vie de famille, d’argent… Il serait beaucoup plus facile pour nous de ne rien faire et de laisser faire les autres. Mais nous avons des convictions et nous comptons bien entrer au conseil municipal pour les mettre en application. A défaut, nous aurons au moins fait passer des idées en espérant que l’équipe élue aura l’intelligence de se les approprier.
Cordialement.

Alexis FRAISSE

Olivier Taconet a dit…

Bon, j'ai bien vu les commentaires et forcément je me réjouis des offres d'Alexis Fraysse. Une réflexion cependant, si je puis me permettre. Un engagement, une campagne, cela doit être un plaisir et non un sacrifice. C'est un bonheur que de faire vivre la démocratie et le débat citoyen. Allez ... une deuxième réflexion, toujours en lien avec la démocratie. Il est normal d'avoir des divergences, des optiques et des logiques différentes. Leur confrontation est la condition de notre évolution e du progrès. La confrontation peut être parfois rude, simplement parce que les problèmes posés et leur approche peut avoir des résultats opposés. On peut choisir de ne pas s'y frotter et de rester entre soi, mais c'est forcément le choix de l'inutilité. Vouloir participer à la gestion d'une commune (quel joli mot !) c'est choisir de se frotter chaque jour au réel. Et comme disait Lacan, "le réel, c'est quand on se cogne"

Sylvia Mackert a dit…

bon courage pour vous entendre. Il faut des débats et négocier et pas se dire "ça passe ou ça casse", je ne suis pas d'accord avec tous les projets "verts" non plus. Mais comme je n'ai pas réussi à poster mon commentaire trop long, je rappelle seulement que F Martin a donné la possibilité à tous de participer à travers la démocratie participative et aux élus des verts au conseil municipal aussi, l'agenda 21 etc et ce n'est pas fini, et je ne pense pas que les verts passeront tout seuls aux élections, la convivialité a plus de succès que la privation écologique. Je passe l'hiver sans chauffage à cause de l'augmentation du prix de l'énergie... tant souhaité par les verts pour réduire la consommation, mais je ne m'en passe pas par plaisir ou pour sauver la planète, pas d'idéologie extrémiste pour moi non plus...
Pas de train passant sur l'ancienne voie qui n'existe plus et qui a été recyclée (gare aux musiques etc)? marre des expulsions.

La suppression du nucléaire en Allemagne a apporté de la pollution de l'air là où on remet le charbon en remplacement...

Et il faut de l'éléctricité pour les ordinateurs qui mesurent et calculent au service de l'écologie aussi. Le nucléaire disparaitra avec la disparition de l'uranium tôt ou tard de toute façon, mais il faut encore du temps pour trouver des solutions de remplacement, pas tout faire à l'envers, dans l'ordre logique.

Moi aussi j'ai des convictions et parfois je peux me tromper quand-même, donc ne jamais fermer la porte au changement, même de sa propre opinion.

Anonyme a dit…

Tout le monde sait qu'EELV n'est plus un groupe qui defend l'écologie.
Heureusement qu'un nouveau mouvement se dessine qui mettra en place les réformes dont les citoyens ont besoin et portera au premier plan de la politique française le système écologiste.