dimanche 3 janvier 2010

La burqa est une insulte

Elle est une insulte à la femme. Elle est une insulte aux femmes qui se sont battues pour leur liberté, pour l'égalité. Une insulte aux femmes vitriolées par les intégristes en Algérie ou ailleurs. Elle est une insulte à l'homme. Elle est une insulte à la société. Elle est une insulte à l'humanité, à la République. Elle est une insulte à la liberté, l'égalité et à la fraternité.

La burqa est une insulte à la laïcité, mais elle est aussi une insulte au coran, elle est une insulte à la religion.

La burqa, rappelons-le, est née il y a une vingtaine d'année, en même temps quasiment que le téléphone portable et internet dont elle est le misérable pendant. La burqa est le refus de la communication. Elle est un outil sectaire, dégradant, l'image d'un pied de nez à la société toute entière ... tâchant de cristalliser les affirmations identitaires face à une société dangereuse, qui remet sans arrêt en cause les individus.

La burqa joue à être l'instrument du diable... Un outil pour fourvoyer l'épanouissement des adolescentes et des adolescents. Un cri existentiel face au monde adulte, à la réalité qui s'impose.

Elle est comme les tenues gothiques, ouvertement inspirées parfois des tenues nazis, elle est comme les boules à zéro de skin, elle véhicule la même peur et la même bêtise. Elle est de la même arrogance.

On ne peut pas ignorer la burqa. La burqa nous provoque. Elle provoque l'humain dans son besoin de regard. Elle nous renvoie à ce besoin d'échange, à la base de la richesse de l'homme. Elle nous provoque. Nous désarçonne. Elle est un crachat d'adolescent. Alors comment réagir ?
Faut-il interdire la burqa ?
Le café radical ouvre le débat. Bientôt, sur le site de l'Eure du prg, le débat sera ouvert. On a vu à quel point, le débat divise au sein des partis. Jean François Copé s'est fait taper sur les doigts en décembre pour avoir dit qu'un projet de loi interdirait bientôt la burqa ... alors qu'une commission parlementaire travaille sur le sujet depuis l'été ...
Et c'est justement : mardi 19 janvier, à Val de Reuil, à 18h30 au café du centre, c'est le thème du prochain café radical qui sera co-animé par Chantal Robin Rodrigo, députée radicale de gauche et Hafidha Ouadha, ancienne dirigeante des jeunes radicaux de gauche, qui fera part de son expérience du voile. Un membre de l'observatoire national de la laïcité participera au débat.
Vous pouvez vous inscrire dès maintenant à l'adresse suivante : caferadical@gmail.com.
Une soirée à retenir, dès à présent.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

La burqa ne représente pas l'image de la culture française (nous revoilà dans l'identité française), mais elle représente l'appartenance à une religion qui met l'accent sur la pudeur et qui demande donc de "se voiler" à l'extrême dans l'exercice extrême d'une religion.
L'extrémisme est-il autorisé ? (extrême gauche, extrême droite ? )
Si la réponse est oui, alors on ne peut pas interdire la burqa par une loi, mais juste éduquer les femmes à la liberté de refuser de porter la burqa.
Ce serait aussi une marque de respect envers autrui de montrer son visage pour qu'on puisse la reconnaître.
La loi concernant les signes religieux ostentatoires existe pour l'école :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C7523F433538A36A8468A0F87D6E56CE.tpdjo14v_1?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000006524456&dateTexte=20100104&categorieLien=id

et sur ce site on explique que certains souhaitent étendre cette loi à toute la société.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_fran%C3%A7aise_sur_les_signes_religieux_dans_les_%C3%A9coles_publiques#L.27application_de_la_loi_.282004_.C3.A0_aujourd.27hui.29

Peut-on être croyant et Français en même temps ? A-t-on encore le droit de montrer son appartenance à une religion ? Doit-on tous rentrer dans un moule et finir dans un parti unique ? Le droit à la différence ? Le droit à une vie privé, le droit d'être soi (les convictions personnelles en font parti, donc la religion aussi tout comme les opinions politiques)
On juge les gens sur leur apparence, donc aussi sur leur façon de s'habiller et à l'étranger on ne dirait pas qu'une personne voilée représente la France. Elle représente une religion, mais il n'existe pas non plus de signes apparents d'être Français (comment reconnaître un Français dans la rue sans sa carte d'identité ?) Donc les Français se posent des questions. La France devient-elle musulmane et adieu la laïcité? C'est la peur de l'islam qui fait qu'on veuille interdire le voile.
Mais avons-nous une réponse à ces questions ? Une loi, pousserait-elle à la défier, donc à augmenter le nombre de femmes voilées qui resisteraient à cette loi?

Sylvia Mackert

Anonyme a dit…

Pourquoi débattre si vous trouvez déjà qu'il faut l'interdire ? Vous avez déjà pris votre décision.
Il faudrait que cela vienne des chefs religieux et pas d'un gouvernement laïque pour que cela soit plus efficace. Une personne qui porte le voile donne priorité à la religion et n'écoute que le chef religieux et les textes sacrés.

Sylvia Mackert

Yokozuna a dit…

Si les prochains cafés débattent de l'interdiction des vêtements ou maquillages gothiques ou des crânes rasés, est-ce qu'ils ne seraient pas un peu trop radicaux. Enfin j'aurais au moins appris que les moines bouddhistes et Marilyn Manson étaient des néo-nazis...

Olivier Taconet a dit…

J'ai parlé de la boule à zéro des skins, pas de celle des moines bouddhistes, ni de celle de Yul Brynnner, qui a marqué ma génération. Tout est langage disait Françoise Dolto, et le vêtement est sans doute le premier des langages. Marilyn Manson était provocation. Il en a fait son fond de commerce, et il a su conquérir un public adolescent... Précisément parce que l'adolescence a besoin de cette rupture et de jouer avec les représentations.
C'est d'ailleurs tout le problème. Qu'une jeune fille (ou un jeune homme, pourquoi pas ?) ait envie de porter une burqa ou de se promener toute nue ou tout nu cela est parfaitement compréhensible et ne nécessite pas d'interdiction sauf dans certaines circonstances... Parce que le vêtement est un code et qu'il n'y a pas de vie en société sans code. Ainsi, on ne se promène pas tout nu n'importe où.
La vraie question est celle-là : bien sur la burqa est une provocation ? Mais si l'on interdit tout ce qui provoque, on n'est plus en démocratie.
Pour autant, jusqu'où peut on supporter la provocation sans tomber dans le piège des provocateurs ? Et qui sont les provocateurs ?

Anonyme a dit…

La question serait aussi, "la burqa est-elle une atteinte aux droits de l'homme ?"

http://www.un.org/fr/documents/udhr/

Est-ce de l'esclavage de porter la burqa ?

Article 4
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Serait-ce une discrimination que d'interdire la burqa ?

Article 7
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.


Les droits des femmes de porter la burqa pour manifester leur opinion et leur religion :

Article 18
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.
Une loi anti burqa correspondrait à devoir punir quelqu'un pour la manifestation de ses opinions religieuses ou personnelles, d'autant plus que vous considerez que la burqa est un moyen de communication et d'expression.

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Sylvia Mackert

Anonyme a dit…

Tous les point de vu sont interressants.
En voici un:La dignité des femmes est incompatible avec la burqa.
http://maximelesour.hautetfort.com/