mercredi 15 juin 2011

Juste un doigt, votre honneur !

Henri Emmanuelli, dernière victime de la vidéo-surveillance ! ... comme avant lui Brice Hortefeux, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, Zinedine Zidane et tant d'autres...









Tous les mauvais gestes, toutes les mauvaises paroles et avec elles toutes les mauvaises pensées ... sont désormais soumis à la publicité.






Henri Emmanuelli a été puni. Ce n’est pas le cas de tout le monde, même si l’on doit reconnaître que le rappel à l'ordre dont il a été gratifié, est la sanction la plus légère qui existe pour les parlementaires. Au moins l’institution se donne-t-elle les moyens de se défendre. (Qui peut défendre à présent la présidence de la République ?)





Si sanction il y a, elle vient plutôt du regard du spectateur qui surprend le fautif dans sa fragilité, le doigt dans le pot de confiture, et qui a nié les faits devant toute évidence... (Non, ce n'était pas un doigt d'honneur s'est il senti obligé de se justifier...)





Humain, trop humain... comme disait Nietzsche (C'est moi qui ai fait cela, dit ma mémoire. Il est impossible que je l'ai fait, dit mon orgueil. Finalement, c'est la mémoire qui cède…) et c'en est au point que le député en devient sympathique. Sympathique, parce qu'il a fait le geste, en le regrettant déjà. Sympathique parce qu'il n'était pas fier de l'avoir fait. Sympathique, parce qu'il s'est embrouillé... et sympathique parce qu'il a été puni... pour un emportement qu'il a rendu compréhensif...





PS : Devant les difficultés de reproduire la vidéo dénonciatrice et reprise par l'ensemble de la presse (que vous devez pouvoir retrouver en cliquant ici ), le café radical publie, en clin d'oeil, un autre document, resté dans les mémoires, auquel fait invariablement penser la faute du député Emmanuelli.











3 commentaires:

Sylvia Mackert a dit…

oui, je pense que c'est une des raisons pourquoi nombre de personnes sont contre la video surveillance en général, car on verrait aussi leurs défauts, non ?

Anonyme a dit…

Vous devriez écrire encore plus petit, ou alors c'est un choix délibéré d'être illisible, ce qui peut paraître logique.

Patrick Robert

Olivier Taconet a dit…

Hélas ... ce n'est pas moi qui décide et le blog me joue des tours... enfin, là, j'agrandis, exprès pour vous...